Seminaire

Université PARIS 8 Séminaires Katia Légeret

Master ArTeC

Intitulé

Créons ensemble au musée : la médiation transartistique par la recherche création

Axe scientifique

La création comme activité de recherche et les 7 champs d’ArTeC pré-cités.

Champ de recherche et d’expérimentation

Disciplines impliquées : arts de la scène, arts numériques, esthétique, anthropologie, ethnoscénologie,  sciences du langage (LSF), et selon l’exposition étudiée, celles de professionnels extérieurs. De nouvelles méthodologies entre recherche et création seront élaborées dans le processus de création artistique en associant les artistes chercheurs en spectacle vivant et arts numériques.

Description de l’atelier laboratoire 2019-2021

Il s’agit de créer pour des visiteurs, un parcours sensible et interdisciplinaire de l’exposition, visant à une immersion participative et poétique du public, avec la réalisation d’un médium-archive (films, plateforme numérique). L’objectif scientifique sera de déterminer, répertorier, rejouer les gestes artistiques liés aux objets exposés appartenant à des œuvres éphémères (arts de la scène), en tant qu’archives vivantes et patrimoines immatériels, et de questionner nos regards d’aujourd’hui sur ces trésors de la BnF et d’une collection « en mouvement » par cette exposition très récente (rotonde du département des arts du spectacle).

Mise en œuvre :

Ancré dans le master 2 arts de la scène de P 8, au 2e semestre 2019, le mercredi de 15h à 18h, à P 8 (plateau amphi 4 pour créer les dispositifs de parcours), avec 3 workshop dans l’espace d’exposition de la BnF (visite guidée, présentation des projets de parcours au commissaire d’exposition puis performance publique), 2 sessions dans une salle de la BnF, puis une JE à l’INHA pour la restitution des expérimentations, avec des chercheurs invités. Le commissaire d’exposition et le directeur du département des arts du spectacle seront impliqués ainsi que des invités d’institutions liées aux objets sélectionnés. Un film du processus sera réalisé avec les étudiants, mis en ligne sur la plateforme numérique du projet. Les étudiants prépareront par des consultations d’archives les workshops du parcours poétique et gestuel de la visite, suivi de la performance pour le public, puis de la réflexion collective (JE) sur les réalisations effectuées et la rédaction de textes (mis en ligne et publiés).

Master 2 ARTS DE LA SCENE Tronc commun

« Performances de l'art vivant sur les scènes hybrides (musées, expositions)

Ce séminaire atelier de recherche-création implique la créativité des étudiants (seuls ou en groupe) pour réaliser au cours du semestre une performance théorisée dans un musée parisien. Il s’inscrit dans les intérêts croissant des musées et des lieux d’expositions pour la danse, la performance, le théâtre, la musique. Réciproquement, ces espaces institutionnels s’intéressent aux dynamiques créatives de scènes artistiques souvent liés aux nouvelles technologies : installations, performances, conférences dansées, concerts et mises en scène dans les auditoriums, dispositifs de stations dans les lieux éphémères des expositions, parcours dans les collections permanentes et dans les jardins. Quels sont les genres de processus de création favorisant de telles transformations de l’espace muséal en scène des arts vivants et à partir de quelles théories sur l’inter/transculturalité ? Comment ces créations du spectacle vivant permettent-elles d’approcher l’œuvre d’une culture inconnue ou étrangère autrement que par une compréhension discursive ? Á partir d’exemples pratiques récents d’artistes ayant contribué à reconfigurer l’espace d’exposition et l’espace muséal, les étudiants seront invités à trois types d’expérimentations créatives dans une exposition du Grand Palais, en relation avec une œuvre en particulier. Le premier est interartistique : l’approche esthétique se fondera sur l’idée d’un art total où l’acteur s’inspire de la sculpture, en l’approchant par la danse, la poésie ou par la musique. Le second est inter/transculturel  car il s’agit d’approcher l’altérité de l’œuvre de manière sensible, kinesthésique. Comment l’artiste invente-t-il un nouveau genre de spectateur-acteur, sans hégémonie du regard et de l’image ? Le troisième mode de réflexion sera interdisciplinaire et concernera la réception de l’œuvre par le public. 

En partenariat avec le RMN-Grand Palais, le MNAAG-Musée Guimet et en lien étroit avec des professionnels de la médiation culturelle, les étudiants prépareront en petits groupes un dispositif qu’ils expérimenteront in situ au Grand Palais ou au MNAAG-Musée Guimet, à l’occasion d’une exposition en cours.  Ils auront ensuite à restituer les enjeux théoriques patrimoniaux et transculturels de leur approche esthétique et artistique d’une œuvre en particulier, dans un workshop organisé dans ces lieux d’exposition.