CRÉONS AU MUSÉE

Performances des arts vivants et médiation transartistique
par la recherche création

Comment les jeunes générations rêvent-elles de visiter, au XXIe siècle, les lieux d’expositions ? Avec quels genres de relations à leur corps, aux déplacements dans l’espace, aux démarches, aux postures devant les œuvres et avec les autres visiteurs ? Depuis 2015, tissant un réseau international, des centaines d’étudiants, artistes et chercheurs, fabriquent in situ toutes sortes de dispositifs artistiques et poétiques pour exprimer leur parcours muséal idéal, souvent inséparable d’un engagement politique hors les murs sur des questions d’actualité brûlante, de crises sociétales, de patrimoines oubliés, déplacés ou disparus. Mais à quel prix et à partir de quelles contraintes institutionnelles ? Que ce soit en Europe, en Amérique latine, ou en Asie, ils bouleversent certains codes entre les visiteurs pour créer un être-ensemble capable d’ouvrir l’éventail de nouvelles approches sensibles et transculturelles sur une même œuvre. 

Ce projet universitaire de recherche création engage des chercheurs de plusieurs disciplines, qui sont aussi des artistes. Ils viennent principalement des arts de la scène, en associant des spécialistes en cinéma, arts numériques, anthropologie, littérature, sciences du langage (LSF), design environnemental, géographie, et sociologie. Nous focalisons notre recherche sur les transformations possibles du comportement (gestuelles, marches, démarches, postures) des visiteurs dans les musées du XXIe siècle, par la médiation des arts vivants et des arts numériques, et la relation aux espaces urbains. Il s’agit d’expérimenter et de développer des modes d’être-ensemble entre l’objet exposé, les chercheurs artistes et impliquant le public, ce par le médium de gestes artistiques et numériques, et sa vocation à transmettre des patrimoines immatériels/intangibles en lien avec des questions environnementales/écologiques actuelles. Les parcours muséaux créés sont réalisés, filmés, analysés et mis en ligne sur cette plateforme numérique interactive, observatoire du projet, et font l’objet d’événements scientifiques. 

Ce partage gestuel du sensible dans les lieux d’exposition et la création de documents d’archives et d’objets numériques de ces expériences, sont les matériaux de réflexion sur les transformations étudiées. L’idée est de mutualiser les expériences interdisciplinaires des chercheurs engagés, de les diffuser sur des réseaux internationaux, d’échanger sur les protocoles, créations et dispositifs proposés, avec les petits musées autant qu’avec les grandes institutions. Ce projet résulte de l’attention très récente portée en France, en Europe, en Amérique Latine et en Asie, par ces institutions, sur ces gestes artistiques, visant à la fois le bien-être des visiteurs, leur créativité synesthésique liée au toucher (mediums numériques, processus immersifs, partages/échanges sur l’œuvre), ainsi que leurs valeurs éthiques et écologiques.

Mots-clés : 

arts de la scène, performance, théatre, danse, arts numériques, médiation culturelle et artistique